Articles

La débâcle de la Saint Patrick

Image
Dans cet article, il ne s'agit pas de relater les conséquences fâcheuses d'une éventuelle commémoration trop arrosée de la fête nationale irlandaise, mais bien de la débâcle totale de l'épaisse banquise pluriannuelle qui recouvrait jusqu'alors l'île des Pétrels. Autrement dit, nous sommes désormais sur une vraie île !

Les lecteurs attentifs se diront: "c'est bien pourtant ce qu'il disait depuis le début, non ?"
La base de DDU est bien située sur une île d'un point de vue géographique, le socle rocheux de l'île des Pétrels étant séparé du continent au niveau du glacier de l'Astrolabe par un chenal. Cependant, celui-ci, était embâclé depuis plusieurs années par une épaisse banquise. Ainsi, en étant pas entourés d'eau à 360°, nous n'étions vraiment sur une île ! C'est désormais le cas depuis hier matin.



Qu'a t -il bien pu arriver pour la débâcle d'une banquise si solide ?
Plusieurs éléments se sont combinés : d'…

Home of the blizzard

Image
Ai-je déjà mentionné que le temps passait particulièrement vite ici ?
Probablement le fait que l’on vit désormais dans une routine confortable, et signe que l’hivernage se passe bien.
Il ne reste désormais plus un seul poussin Adélie sur l’île. Ils sont soit morts de faim, trop faibles pour se nourrir seuls, soit partis à l'eau ; seuls quelques dizaines d’adultes sont revenus pour muer, avant de repartir. La saison de reproduction aura été exceptionnelle, d'après les ornithologues : entre 0,8 et 1 poussin par couple (les manchots Adélie pondent 1, parfois 2 œufs). Certaines années sont beaucoup moins bonnes : il y a deux ans, ce taux était cinq fois moindre, et il y a 4 ans, un épisode de pluie verglaçante avait entraîné la mort de tous les poussins de l’archipel, sans exception.
Les autres oiseaux, pétrels, damiers et skuas sont plus discrets, et vont bientôt entamer leur migration, qui peut parfois les emmener jusqu’en mer du Japon pour certains d’entre eux !
Mars est le mois …

Premier mars, première aurore

Image
Nous voilà entre nous depuis une semaine. Le rythme est bien différent : la base est plus tranquille, plus silencieuse. Plus d'hélicoptère, plus d'Astrolabe, beaucoup moins de communications radio. La base hiverne, il y a beaucoup moins de travaux extérieurs.
L'ambiance dans le groupe d'hivernage est très bonne : une équipe dynamique, sérieuse, beaucoup d'entraide pour les tâches collectives, des soirées cinéma, jeux...

Signe de l'hiver qui vient, la température poursuit sa baisse, bien qu'irrégulièrement.
La mer montre des premiers signes d'embâcle : cela commence par les "pancakes", des formations de glace circulaires qui ressemblent à des crêpes épaisses, ou plus poétiquement, à des nénuphars. Ces premiers signes sont bien fragiles, et ne sont pas garants d'une embâcle généralisée. Au premier coup de vent, ces glaçons disparaissent.




Pourtant, il n'y a eu du dégel que pendant 1h12 depuis le 17 février, avec une température moyenne d&…

Début de l'hivernage

Image
On y est ! Plus de dix semaines après mon arrivée à DDU, ce vendredi 22 février 2019 constitue le jour 1 de l'hivernage pour la TA69.
L'Astrolabe est arrivé mardi après-midi au niveau de l'archipel Pointe Géologie, mais n'a pu accoster en raison du vent trop fort. La banquise entre l'île des Pétrels et le Lion ayant débâclé, les manœuvres se sont déroulées par hélico mercredi et surtout jeudi: débarquement du courrier et de quelques centaines de kg de vivres frais, légumes et fruits qui nous accompagneront encore quelques semaines ; embarquement des échantillons scientifiques collectés durant l'été, matériel divers, et bien sûr les derniers campagnards d'été.
Tout cela avec une redoutable efficacité, grâce à la logistique polaire très bien rôdée de l'IPEV.
Tout est planifié et coordonné au millimètre, ou presque !

Les campagnards sont partis par vagues, par le biais du bateau semi-rigide de l'Astrolabe.
En fin de matinée d'abord, les campagnard…

Pluie de records à DDU

Image
Ce vendredi, DDU se remet d'un coup de vent prolongé qui s'est achevé par une violente tempête qui a battu certains records!

Samedi dernier, le temps était encore calme, l'occasion de faire quelques sorties, à la pointe sud-est de l'île des Pétrels, où un léopard de mer était présent. Il s'agit d'un phoque prédateur qui s'attaque en particulier aux manchots. Ces derniers l'ont bien compris et préfèrent faire un détour de 2 km pour aller à l'eau plutôt que risquer de se faire croquer par Léo, le léopard de mer.


Des consignes de prudence avaient été données pour la sécurité : interdiction d'approcher l'animal ! Contrairement aux phoques de Weddell ou aux éléphants de mer, le léopard de mer peut s'attaquer à l'homme. Le nombre d'accidents mortels doit se compter sur les doigts d'une main dans toute l'histoire de toutes les campagnes en Antarctique, mais il y a déjà eu quelques grosses frayeurs d'anciens hivernants à DDU.…